CARTAGE, ENCORE, encore un succès pour le “Théâtre de la petite boite” !

von Jeanne Walter

Dans la cave du Romanisches Seminar de l’Université de Heidelberg les membres du Théâtre de la petite boite s’attaquent une nouvelle fois à une pièce contemporaine française. Trois comédiens vêtus de blanc se partagent la scène pendant une heure pour offrir aux étudiants, professeurs et autres spectateurs leur interprétation de la pièce Cartage, encore du feu dramaturge Jean-Luc Lagarce, ici mise en scène par Antje Reinhard.

Un homme est installé dans un transat de fortune qu’il s’est confectionné à l’aide de pneus plastifiés. Autour de lui on retrouve ces pneus un peu partout, ils sont simplement posés, empilés ou servent de vase pour de grandes fleurs de tournesol séchées, sur la petite scène devant laquelle sont installés les spectateurs. Ces derniers rentrent au compte-gouttes, s’installent petit à petit dans une petite salle, qui offre un cadre intimiste, et peuvent admirer le merveilleux décor dépouillé avant même le début de la pièce. Un détail attire d’ores et déjà l’attention: du sable s’écoule apparemment du plafond et permet d’entrée de jeu de se rendre compte de l’attention portée à cette mise en scène qui va s’avérer être le parfait support du texte théâtral, illustrant son contenu et reflétant ses enjeux à la perfection.

Tout à coup, les lumières de la salle s’éteignent et la scène est éclairée d’une lumière froide et bleue en même temps que les grésillements d’une radio retentissent, une voix en émane bientôt avant de s’évanouir à nouveau : le spectacle a commencé pour le plus grand bonheur du public qui voit un autre homme (David Biere) et une femme (Pia Keßler) rejoindre le comédien déjà présent sur scène (Arnaud Geiger). Ils sont trois en tout et pour tout. Ils
sont enfermés dans une cathédrale dont la seule échappatoire consiste en une brèche au sommet du bâtiment, brèche qui s’avère aussi être la menace qui pèse sur eux puisque c’est d’elle que s’échappe lentement le sable qui vient tomber sur le plancher de la scène et qui risque de peu à peu les ensevelir. Ces personnages qui évoluent dans ce monde apocalyptique conversent, se disputent, s’aiment, se détestent, rêvent de partir, de s’enfuir vers la mer pour oublier la dure et fatale réalité qui se présente à eux : ils ne sortiront jamais de cette situation puisque trop égoïstes et individualistes, ils sont dans l’incapacité de se faire confiance et de s’entraider pour sortir de ce lieu qui finira par les engloutir.

La justesse du jeu des acteurs qui rendent compte avec minutie de tout le spectre d’émotions par lesquelles passent les personnages, permet d’insuffler de la force aux paroles prononcées et ainsi de rendre cette pièce vivante et dynamique. Le public est embarqué par l’énergie émanant de la scène avec des comédiens en mouvement, qui marchent, sautent, naviguent entre les différents éléments de décor, qui jouent également de variations de volume et insèrent du chant dans leurs dialogues pour épouser au mieux ce que vivent les personnages en crise, poussant ainsi les spectateurs à s’impliquer dans ce qu’ils sont en train de vivre et allant même jusqu’à briser le quatrième mur pour accentuer cet effet.

Le petit groupe d’amateurs passionnés de théâtre signe ainsi une représentation qui fait honneur à la pièce de Jean-Luc Lagarce, permettant de remettre sur le devant de la scène des thématiques
très actuelles déjà abordées par l’auteur il y a plus de quarante ans, comme les questions de genre ou de la catastrophe écologique à laquelle l’humain fait face, et d’y confronter le spectateur dans une mise en scène tout à fait réussie !

Titelbild: © Pixabay



Diesen Blogbeitrag zitieren
Autor:in (2022, 28. Dezember). CARTAGE, ENCORE, encore un succès pour le “Théâtre de la petite boite” ! Literaturästhetik und Theaterkultur. Abgerufen am 27. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/ts4m

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search